Skip to content. | Skip to navigation

Personal tools
Log in
Sections
You are here: Home Rencontre Les travaux PROSPER sur l'articulation qualitatif-quantitatif en prospective publiés dans la revue Futuribles de janvier-février 2014

Les travaux PROSPER sur l'articulation qualitatif-quantitatif en prospective publiés dans la revue Futuribles de janvier-février 2014

La revue Futuribles n°398 de janvier-février 2014 publie un article issu des réflexions engagées lors de l'Atelier PROSPER du 5 juillet 2012, et portant sur les bénéfices de l'articulation entre qualitatif et quantitatif dans les démarches de prospective.

;;

Prospective énergétique :
Le possible, le souhaitable et l'acceptable

par Bernard DAVID, Marie DE LATTRE-GASQUET, 
Sandrine MATHY, Jean-Eudes MONCOMBLE et Julie ROZENBERG


Introduction

Toutes les projections tendancielles montrent que notre modèle énergétique insouciant, hérité du passé, n'est pas durable. En matière d'énergie, le futur ne peut donc pas être la prolongation du passé. Il nous faut repenser notre rapport à l'énergie, prendre en compte des contraintes de ressources et de climat que nous négligions jusqu’à présent, imaginer et mettre en œuvre collectivement la nécessaire "transition énergétique" qui en découle. C'est un terrain d'application rêvé pour les travaux de prospective.

Pour se projeter dans ce futur qui devra différer du passé, l'utilisation de modèles quantitatifs calées sur ce passé soulève évidemment de nombreuses questions. D'un autre côté, compte tenu de la lourdeur des investissements et des durées de vie des installations énergétiques, les explorations qualitatives de trajectoires en rupture rapide soulèvent elles aussi de multiples questions. Dans le débat français, qui depuis quelques années oppose les tenants d'un réalisme quantitatif aux promoteurs d'une révolution qualitative, les scénarios techniques ou militants brandis par les uns et les autres rendent-ils in fine les services que l'on attend de la prospective ?

C'est à cette question des performances sociétales réelles de la prospective dans le champ du débat énergétique, de la crédibilité des scénarios et de leur capacité à éclairer correctement la décision publique, que l'Atelier de réflexion du Réseau PROSPER du 5 juillet 2012 s’est intéressé. Plus précisément, il s'agissait d'évaluer, en amont du grand débat national devant débuter à l’automne 2012, et en s’appuyant sur un certain nombre d'exemples concrets, la capacité des travaux de prospective à assurer la fonction qui est la leur, et de formuler – le cas échéant – des recommandations visant à améliorer cette capacité.

Trois questions méthodologiques ont guidé les réflexions :
-    transparence : les scénarios disponibles donnent-ils réellement la main à ceux qui les utilisent ?
-    aspects qualitatifs : explore-t-on bien le champ des possibles ?
-    aspects quantitatifs : peut-on croire les chiffres ?

Force a été de constater que les réponses à ces trois questions étaient plus que nuancées… Les travaux de l'Atelier PROSPER ont donc tenté d'en cerner les raisons, pour proposer des voies de progrès. En particulier, une articulation correcte entre les aspects qualitatifs et quantitatifs est apparue comme centrale, pour la capacité des travaux de prospective d’entraîner l’adhésion aux visions développées au-delà du seul cercle des militants convaincus d’avance.

Cette question de l’articulation entre qualitatif et quantitatif constitue le fil directeur de cet article.

[...]

lien vers l'article

lien vers la description de l'Atelier PROSPER du 5 juillet 2012